Historique de la ville de Montreuil

La ville est située dans la banlieue de Paris, au sud du département de la Seine-Saint-Denis. Elle est limitrophe des départements de Paris et du Val-de-Marne.

Les communes limitrophes sont : Bagnolet (93), Romainville (93), Noisy-le-Sec (93), Rosny-sous-Bois (93), Saint-Mandé (94), Vincennes (94), Fontenay-Sous-Bois (94) et Paris (75).

Située à 7,5 km de Notre-Dame de Paris, la commune couvre un territoire d'une superficie de 892 ha2.

Topographie, géologie et risques naturels[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Le village du Moyen Âge s'est initialement implanté dans un talweg marquant le changement de direction du plateau de Montreuil (bifurcation vers le sud). C'est là que se situent actuellement le centre-ville et la mairie. Le plateau de Malassise3, du nom d'un ancien hameau vigneron situé au nord-ouest du Village de Montreuil (tel qu'il apparaît sur la Carte d'État-Major des Environs de Paris de 1818-1824), culmine sur la commune actuelle en trois petites buttes. Sa pente joue un rôle important dans la division de la ville en Haut-Montreuil et Bas-Montreuil.

Le relief de la ville s'accentue à mesure que l'on s'éloigne de Paris. Son point le plus bas est situé à 52 mètres (rue de Lagny) et son point le plus haut à 117 mètres (rue de Nanteuil)4. Cette topographie explique la présence à Montreuil d'un château d'eau (situé rue Lenain-de-Tillemont) et de réservoirs du Syndicat des eaux d'Île-de-France, rue de la Montagne-Pierreuse.

Géologie[modifier | modifier le code]

Sous la couche calcaire qui constitue le Haut-Montreuil, une couche de marnes riches en gypse est accessible à ciel ouvert, ce qui a facilité le creusement de carrières pour l'exploitation du gypse, qui servit notamment, sur ordre de Louis XIV, à plâtrer les façades des maisons en bois parisiennes afin de lutter contre les incendies5.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Montreuil est exposée à deux types de risques naturels :

  • les inondations pluviales6, du fait de sa situation sur des bassins versants de grande taille et de l'existence de sols fortement imperméabilisés (argiles vertes et urbanisation dense). Ces inondations sont ponctuelles mais peuvent être impressionnantes ;
  • les mouvements de terrain (glissement, tassement) liés à la nature argileuse de son sol (par retrait ou gonflement de ces couches géologiques) et à la présence d'anciennes carrières de gypse. Un projet de plan de prévention des risques liés aux mouvements de terrain est en cours d'élaboration pour la commune7.

La sécheresse de 2003 a causé des dégâts sur un nombre important d'habitations de la ville et une parution dans le Journal officiel du 8 reconnaissait à Montreuil l'état de catastrophe naturelle.

  

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Trois voies à grande circulation permettent d'accéder à Montreuil : le périphérique à l'ouest, l'A3 au nord et l'A86 à l'est.

Environ 120 km4 de voies routières desservent la ville.

Transports publics[modifier | modifier le code]

 
Avant la mise en service du métro, Montreuil était desservie par des transports publics plus lents, moins confortables et de capacité limitée.
On voit ici, porte de Montreuil, unomnibus pour la place du Châtelet.

Plusieurs lignes de métro desservent Montreuil ou ses environs immédiats :

La commune de Montreuil est desservie par ces lignes de bus du groupe RATP :

Plusieurs projets d'extensions pourraient amener de nouveaux transports en commun à Montreuil :

  • un projet de prolongement de la ligne (11) prévoit deux arrêts dans le Haut-Montreuil : Boissière et Hôpital intercommunal et une mise en service en 2019.
  • le projet de prolongement de la ligne 1 du tramway d'Île-de-France (dite T1) entre Bobigny et Fontenay sous Bois amènera 5 arrêts à Montreuil, entre les quartiers de la Boissière et Montreau-Ruffins : route de Romainville, Aristide Briand, rue de Rosny, Théophile Sueur et Côte du nord. À la suite de l'enquête publique qui s'est tenue à l'été 2013, le commissaire-enquêteur a rendu un avis favorable sans réserve et le projet est déclaré d'utilité publique. Ce projet est donc en bonne voie malgré l'opposition du maire de Noisy le Sec. Sa mise en service est prévue pour 2017.
  • le projet encore à l'étude de prolongement de la ligne 1 du métro, avec un arrêt à Bel-Air qui désenclaverait ce quartier populaire.

Ces extensions s'accompagneraient de la mise en place de navettes entre ces différentes stations.

La ville dispose par ailleurs d'un système original de taxis à la demande : les « Taco ». Ceux-ci peuvent être réservés par téléphone ou courriel, hélés dans la rue tels des taxis ou attendus à l'une des dix bornes que compte la ville.

Enfin, les Vélib sont arrivés à Montreuil en juin 2009, dans un périmètre de 1 500 m autour de Paris. Dix-neuf stations ont été installées, permettant aux Montreuillois de rejoindre la capitale à vélo. Sur le reste du territoire de la ville, un service de location de vélos longue durée est prévu ; ces vélos disposeront d'un mécanisme électrique permettant de stocker de l’énergie pour remonter les côtes de la ville plus facilement.

Voies cyclables[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un réseau de pistes cyclables, comprenant notamment un certain nombre de contre-sens cyclables. Ses voies de bus sont accessibles aux vélos.

Plans de déplacement[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un Plan local de déplacements (PLD) et d'un Plan de déplacement des employés (PDE) (outil conçu pour rationaliser et améliorer les déplacements de son personnel, du domicile au travail et lors des déplacements professionnels).

 
Vous souhaitez créer une alerte e-mail ?

Pour gérer vos recherches et créer vos alertes mail, merci de vous identifier